L'agencement du commun par les dispositifs de partage

Thomas-Bernard Kenniff

1/0

Le projet L’agencement du commun réévalue et repense la conception des espaces publics dans le contexte montréalais des 25 dernières années. Il relève les tendances qui marquent la production du domaine public bâti de la métropole québécoise en proposant de reconcevoir la formalisation des relations collectivités-individus par la recherche-création. Le projet étudie la façon dont la Ville de Montréal et ses arrondissements ont mis en place ou modifié les interfaces physiques servant à connecter les entités administratives et politiques aux occupants de la ville. La méthodologie de recherche se base sur des études de cas à différentes échelles et de différents types incluant le bac de récupération, les abribus, les points de service de la Cour municipale, les écocentres et les bureaux Accès Montréal. Le sujet d’étude est donc l’espace public dans un sens très large, ralliant l’espace civique et politique urbain à l’expérience quotidienne. Durant les trois ans que durera le projet nous prévoyons établir un répertoire de cas ainsi que faire une recherche approfondie sur une sélection de dix à douze projets. Nos méthodes incluent la recherche documentaire, la prise de photos sur le terrain, l’analyse par le dessin et des entretiens avec des personnes ayant participé à l’élaboration des projets. Notre objectif, au terme de ces trois années, est d’être en mesure d’établir des liens de parenté entre les divers projets étudiés, de synthétiser cette facette du développement de l’espace public et politique de Montréal et de suggérer quelques pistes de réflexion sur son développement futur. Il s’agit donc de renouveler notre conception collective des espaces publics, tout en soulevant des questions sur l’éthique et la représentation dans le projet de design, questions importantes dans le contexte social, économique et politique actuel.

Le projet est financé par le FRQSC et l'UQAM.

Projets et activités de diffusion liés:

Reassembling the Apparatuses of Political Space in Montréal